Vivre un deuil dans le respect et la compassion

Vivre un deuil dans le respect et la compassion

Le deuil est certainement l’expérience humaine la plus difficile. Chaque personne suit son propre chemin pour faire face au décès d’un être aimé. Le processus se met en place et il faut réapprendre à vivre avec le manque. Il ne faut pas se méprendre, car le travail de deuil n’aboutit pas à l’oubli, au contraire, il nous aide à ne pas oublier. Nous apprenons à accompagner définitivement cet être cher vers sa dernière demeure. À noter que le déroulement du processus ne sera pas toujours linéaire. Il peut y avoir des ruptures, des retours en arrière, mais surtout des progressions. Découvrez nos conseils pour vivre le deuil dans les meilleures conditions possibles.

Table des matières

Le choix des pompes funèbres : pour un accompagnement bienveillant et de qualité

La perte d’un proche peut s’avérer si difficile qu’il n’est pas toujours évident d’organiser les obsèques sereinement et dans un délai assez court. Le mieux serait de confier cette tâche à une agence de pompes funèbres comme les Pompes funèbres de la Lumière qui est dans le domaine du funéraire depuis 1978. Ce professionnel expérimenté vous épaule et s’assure que l’organisation générale se déroule dans le respect des dernières volontés du défunt. Ainsi, les prestations incluent un accompagnement personnalisé. Plus encore, les services vont jusqu’à l’entretien du monument funéraire pour ceux qui résident loin ou pour ceux qui le souhaitent.

Vivre le deuil dans la compassion et le respect

Vivre son deuil : un processus qui prend du temps

Le processus qui suit la perte d’un être cher comporte des hauts et des bas. Des jours seront plus difficiles que les autres. Aussi, pensez à prendre soin de vous. Inutile de se prouver qu’on est fort. Verbalisez vos émotions, exprimez ce que vous ressentez, pleurez, écrivez ou dessinez… tous ces moyens permettent d’extérioriser la peine.

Face au deuil, les amis et les proches se voient démunis ou mal à l’aise. Néanmoins, faites appel à eux dès que vous en ressentez le besoin. Ils seront là pour vous soutenir, de toutes les manières possibles. Et si vraiment le deuil vous paraît insurmontable, confiez-vous à un professionnel de la santé mentale. Vous pouvez aussi vous joindre aux groupes de soutien pour remédier à l’isolement.

Surmonter le deuil : les étapes incontournables

Le choc, le déni voire la sidération constituent la première phase du deuil. Une partie de nous-mêmes refuse la réalité. Vient ensuite la phase de fuite qui dure environ six à dix mois. On commence à réaliser le manque et nos repères disparaissent. Pour ne pas faire face à ce vide, nombreux se jettent corps et âme dans leur travail. Seulement, on se rend compte que l’on a perdu cet être cher au fur et à mesure des jours.

La phase de déstructuration survient généralement six mois après la mort. La douleur est à son paroxysme et on sombre littéralement dans le désespoir. La tristesse des débuts laisse la place à la colère et à la révolte… contre soi, contre Dieu ou encore contre les médecins. Passé cette étape, la quatrième phase de deuil est la restructuration qui arrive environ un an après le décès. On déculpabilise et on reprend goût à la vie. Enfin, l’apaisement clôt les phases du deuil. On apprend à vivre avec la douleur, les émotions. On crée systématiquement un lien intérieur avec le proche disparu.

Ne gardez pas cela pour vous !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.